Les Jardiniers d'Etiolles

Accueil map du site

Articles

Planter un arbre : entre symbole et efficacité !


Les articles précédents vous ont peut être donné envie d’agrémenter votre jardin de nouveaux fruitiers.


Si votre trou de plantation est prêt, c’est parfait ; vous avez été motivé par le dicton du mois : à la Sainte Catherine tout bois prend racines.
“Planter un arbre, c’est le mettre en terre définitivement et dans les meilleures conditions possibles pour qu’il prospère utilement et qu’il atteigne rapidement son parfait développement” telle est la définition de J.Vercier auteur d’un remarquable et rarissime  traité d’arboriculture fruitière paru en 1824 .


Bien choisir...
Quelle que soit l’espèce (prunier, poirier, pommier etc…) sa forme (tige, gobelet, palmette) l’emplacement choisi, où il devra prospérer, doit présenter une bonne exposition et  une bonne qualité de sol. Si votre choix s’est porté sur un arbre de plein vent (appelé aussi “tige”) vous penserez à l’éloigner suffisamment de vos limites de propriété  afin de ne pas rentrer en conflit avec vos voisins. Les 2 mètres réglementaires pour tout sujet dépassant 2 mètres de hauteur sont un minimum. En effet quel dommage d’être obligé “d’amputer” et déséquilibrer un arbre en pleine croissance ! Comptez au moins 6 à 8 mètres entre deux sujets,de même pour un demi tige qui culminera à 4 mètres de hauteur et 3 de largeur. Le fuseau (exclusivement réservé aux poiriers), l’axe (très étroit), les cordons et le gobelet représentent des formes idéales pour les petits jardins essonniens : la récolte de fruits n’en sera que plus aisée.
Les palmettes, cordons et U simples ou doubles seront réservés à ceux (ou celles) qui voudront s’initier à l’art de la taille*. Une formation est indispensable pour réussir la conduite  de ces spécialités onéreuses, ceci afin d’éviter les déconvenues.
La variété est un sujet tout aussi important. L’attirance pour le croquant ou le moelleux, l’acidulé plus ou moins prononcé, la période de cueillette ainsi que la conservation possible de vos fruits sont quelques uns des critères qui vous aideront à choisir.  Ne pas oublier aussi l’indispensable pollinisateur de proximité à implanter afin d’éviter les déceptions d’un arbre qui ne fructifie pas ou peu.


N’oubliez pas de mettre en jauge
Votre arbre est retenu en pépinière : bravo ! Sinon les conseils à suivre vous seront peut être utiles. Notez bien que les premiers clients de la saison seront les mieux servis. En Mars le choix est restreint et les sujets très bien formés risquent de ne plus être là. Autant de raisons pour vous décider au plus tôt !
Dès votre retour de la pépinière votre arbre (racines nues) devra être protégé des intempéries et de la sécheresse . Vite ...en jauge ***!


Préparation du trou avant plantation  
Le trou de plantation se fera en fonction de l’état de votre terrain. Le maitre mot est “décompactage” (de la sous-couche) après avoir réservé la bonne terre de surface. La fourche bêche et la grelinette seront vos outils indispensables,voire la barre à mine pour les cas les plus durs ! Si vous avez la chance d’être en pleine terre, sa nature glaiseuse (argileuse) ou séchante (sableuse) vous incitera à ne pas “mégoter” et à le dimensionner généreusement : 1m de large sur une profondeur de 50cm en bonne terre et de 80 cm en terrain séchant. Dans une terre de remblais, n’hésitez pas à creuser plus profond et à remplacer cette terre polluée par de la bonne terre en ayant attendu quelques semaines que le sol s’aère. Une exception à noter pour les terrains très humides : vous risquez de créer une fosse de drainage qui entrainera le pourrissement des racines. Dans ce cas planter “en butte”. Dans toutes les circonstances une bonne fumure (jamais placée au contact direct des racines) sera à prévoir. Si votre terre est argileuse pensez à y incorporer du basalte micronisé qui contribuera à son émiettage. Un apport de sang desséché et de corne torréfiée sera du meilleur effet ; il permettra un stockage sur le long terme des bons nutriments nécessaires à la croissance du sujet à planter. Par nostalgie des traditions je dispose au fond du trou une vieille chaussure en cuir avec l’espoir que sa décomposition très lente apportera un complément de nourriture à mon protégé dans les décennies à venir !
Le tuteur de bonne dimension aura été placé près du bord avant un rebouchage minutieux, en prenant soin de bien émietter la terre et en parsemant les amendements conseillés précédemment. Attention le compost est à réserver pour les derniers centimètres, là où la terre est vivante et oxygénée ! Votre trou remblayé, laissez la terre se reposer quelques jours en se tassant légèrement. Il vous sera aisé, de retour de la pépinière, d’y réaliser à nouveau une excavation un peu plus grande que le volume des racines que vous aurez “habillées” et pralinées***  consciencieusement.


A la plantation ne pas enterrer le point de greffe !
Pour éviter l’affranchissement,vous serez attentif à la profondeur de plantation en vous assurant que le point de greffe ne soit pas enterré. Il est repérable au dessus du collet  (point de transition entre le système racinaire du porte greffe et le tronc marqué par un léger renflement du point de greffage). Quand le collet est au niveau de la surface après tassement,le point de greffe est hors sol. Tout va bien !
Veillez à la bonne verticalité du sujet,orientez le afin que les branches les moins belles soient tournées vers le sud : elles seront mieux exposées au soleil et reprendront de la vigueur.
 Etalez bien les racines et couvrez les peu à peu de terre fine en vous assurant qu’elle glisse bien entre les radicelles et tassez avec le poing en finissant avec le pied. Le compost sera la touche finale qui vous permettra de réaliser une cuvette autour du tronc,bien appréciable pour l’arrosage qui devra être copieux mais progressif afin d’éviter le lessivage du pralin des racines. Cette action supprimera les éventuelles poches d’air autour de ces dernières. Si le paillage a été prodigué avant l’arrosage vous éviterez ainsi le croûtage de la terre et ce sera un édredon douillet pour passer l’hiver, puis de l’humus à disposition par la suite.
Reste à fixer le tronc au tuteur par un lien en caoutchouc en formant un huit,que vous surveillerez lors des arrosages indispensables de printemps et été suivants. Il évitera les étranglements et blessures éventuelles.

Vous pouvez maintenant méditer ce dicton béninois : “Qui a planté un arbre n’a pas vécu en vain”. Vous le méritez bien !!


C. ZINI avec le concours de Claude Ollivier
*les croqueurs de pommes dispensent des cours dans ce sens.
**-l’habillage des racines  consiste à couper au sécateur obliquement toutes les extrémités des principales racines qui ont été brisées ou meurtries lors de l’arrachage afin de faciliter leur placage au sol. Ne laissez pas de parties brisées ou blessées, elles risqueraient de faire naître le pourridié .
-le pralinage consiste à enrober les racines (préalablement humidifiées par trempage) avec un mélange de terre argileuse, de terreau enrichi de matières organiques et d’eau de pluie. N’hésitez pas  à mettre la main dans cette bouillie pour la faire bien adhérer aux racines et radicelles !
***La mise en jauge est essentielle en attendant la plantation. Les racines ne doivent pas se dessécher ; pour cela l’arbre sera couché au sol, les racines dans un sillon, puis recouvert de terre et de feuilles mortes lui permettant d’affronter les frimas et de garder l’humidité du sol.

Les Croqueurs de pommes de l'Ile de France,
Président: Jean-Claude Henin tel. 01 39 59 14 28
24 rue Emile Zola — 95600  EAUBONNE.  Nous proposons des animations dans les vergers  afin de transmettre les techniques de taille, de restauration de vieux fruitiers, de greffage et d'entretien par des méthodes respectueuses de la nature.
Distribution de greffons pour les adhérents.
Bulletin d'adhésion sur notre site : croqueurs-idf.com
Nous sommes des acteurs du maintien de la biodiversité et de la qualité  de vie environnementale.